Les oiseaux ont été contrôlés à travers le projet de coopération transfrontalière Lindus 2 mis en place dans les cols pyrénéens de Navarre, Nouvelle-Aquitaine et Huesca

Le milan noir (Milvus migrans) a été le protagoniste du passage migratoire les premiers jours d’observation de la troisième campagne d’étude de la migration postnuptiale d’oiseaux à travers la voie occidentale menée à terme dans le cadre du projet Lindus 2. Au total, 29 577 oiseaux ont été détectés, dont 21 728 ont correspondu à l’espèce mentionnée. Les contrôles ont commencé le 13 juillet dans les cols de Somport et Portalet (Huesca) et le 15 juillet au mont Lindus (Navarre-Baxe Nafarroa) et sur le coteau d’Organbidexka (Larrau, Nouvelle Aquitaine), et se termineront le 31 octobre, dans le cas des points d’observation aragonais, et le 15 novembre à Lindus et Organbidexka.

Depuis le point d’observation du mont Lindus, du 15 au 31 juillet, les nuages n’ont laissé que 12 jours pour l’observation, lors desquels 5 628 oiseaux correspondant à 20 espèces ont été observés. L’espèce la plus abondante sur ce lieu de passage fut le martinet noir (Apus apus) avec 3 288 oiseaux, suivis du milan noir avec 1 907 et l’hirondelle de fenêtre (Delichon urbicum) avec 209 oiseaux. En moindre quantité, des espèces d’un grand intérêt comme la cigogne blanche (Ciconia ciconia) et la cigogne noire (Ciconia nigra), les premières bondrées apivores (Pernis apivorus) et certains busards des roseaux (Circus aeruginosus) ont également pu être observées.

À Organbidexka, 14 404 oiseaux ont été détectés lors des 12 journées d’observation du 15 au 31 juillet. La plupart furent des milans noirs (12 402), bien que le brouillard intense dans la zone a compliqué le chemin pendant plusieurs jours au mois de juillet. Des martinets noirs (1 577) et hirondelles de fenêtre (390) ont également été observés, outre certains exemplaires d’autres espèces intéressantes telles que le grand cormoran (Phalacrocorax carbo), le balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus) et les cigognes blanches et noires.

Dans les cols de Somport et Portalet à Huesca, les premières journées ont été marquées par des ciels dégagés, ce qui a favorisé l’observation. À ces endroits de passage, les milans noirs ont également été les protagonistes, avec 7 419 exemplaires sur un total de 9 545 oiseaux migrateurs comptabilisés du 13 au 29 juillet. Les jours de passage les plus intenses furent le 22 et 29 juillet. Entre autres espèces avec des chiffres plus discrets, il convient de souligner des individus de cigogne noire, cormoran européen, circaète Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus), aigle botté (Aquila pennata) ou bien les premiers déplacements de bondrées apivores (Pernis aviporus), busards des roseaux et percnoptères (Neophron percnopterus).

Aussi bien à Somport et Portalet qu’à Organbidexka, les bénévoles inscrits à l’occasion de la convocation de cette année de Lindus 2 ont accompagné les ornithologues et experts dans le contrôle des oiseaux dans les tâches d’observation et enregistrement des oiseaux migrateurs, alors qu’au mont Lindus, les bénévoles s’incorporeront le 8 août prochain.

Projet de coopération territoriale

Le suivi de ces oiseaux est une action qui s’inscrit dans le cadre du projet transfrontalier Lindus 2, mené par la Ville d’Auritz/Burguete et auquel participent en tant que partenaires Société Espagnole d’Ornithologie (SEO/BirdLife), la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO-Aquitaine) et le Gouvernement de Navarre à travers l’entreprise publique GAN-NIK. Parallèlement à l’étude des oiseaux migrateurs, Lindus 2 a pour objectif le suivi des chiroptères (chauves-souris), l’éducation environnementale et la promotion de l’écotourisme sur les années 2016, 2017 et 2018.

Le projet est cofinancé à 65% par le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER) via le Programme Interreg V-A Espagne-France-Andorre (POCTEFA 2014-2020). L’objectif du POCTEFA est de renforcer l’intégration économique et sociale de la zone frontalière Espagne-France-Andorre. Son aide porte sur le développement des activités économiques, sociales et environnementales transfrontalières à travers des stratégies communes en faveur du développement territorial durable.